Vilcun : une vaste opération policière conduit à l’arrestation de 11 mapuches dont la Machi (autorité traditionnelle) Francisca Linconao.

Publicado: 6 abril 2016 en Allanamientos, Chile, Europa, français, Wallmapu
Etiquetas:, , , , , , ,

Artículo traducido al francés (Fuente: http://www.mapuexpress.org/?p=8103)

De vastes et diverses opérations policières ont eu lieu de manière simultanée ce 30 mars 2016 dans la région de l’Araucanie. Ces opérations ont eu pour résultat l’arrestation de 11 personnes issues du peuple Mapuche qui sont accusées d’une implication dans un incendie criminel datant de janvier 2013 et ayant causé la mort du couple Werner Luchsinger et Vivianne Mackay.

a_uno_654840

Fuente: 24horas

L’information a été publiée par la radio Bio-Bio et disait que la perquisition de la PDI (police d’investigation chilienne) fut dirigée par le procureur de la région, Cristian Paredes. Le contingent a reçu l’appui de la « brigade d’intervention tactique de la région métropolitaine ».

Selon nos sources, cette intervention a été planifiée entre la police d’investigation et le ministère public depuis longtemps. Cependant, des personnes ont été mises en détention alors qu’il a été démontré qu’elles se tenaient ailleurs au moment des faits reprochés.

Pour les accusations d’attaque avec un incendie criminel du couple Luchsinger_Mackay, le seul détenu et condamné fut le Machi Celestino Cordova. Il a été condamné à une peine de 18 ans d’emprisonnement pour l’incendie et la mort du couple.

Le cas de la Machi Linconao

Ce n’est pas la première fois que la Machi subit ce type de persécutions. Le 4 janvier 2013, après une perquisition à son domicile situé dans le secteur Rahue, la Machi Francisca Linconao Huicapan a souffert d’une humiliation qui l’affecte jusqu’au jour d’aujourd’hui. Après avoir été détenue et transférée au commissariat de Padre las Casas, elle fut dépouillée de ses vêtements traditionnels.

« Je fus détenue avec violence dans ma maison devant ma nièce de trois ans. Ils m’ont emmené menottée au commissariat et ils m’ont dépouillé de mes vêtements traditionnels. Je suis Machi, une autorité traditionnelle de ma communauté. Ensuite, ils m’ont emmené menottée au centre médical de Pulmahue pour faire un constat de coups et blessures. J’ai été exposée publiquement à travers la presse à une situation qui affecte ma dignité » raconte-t-elle.

Les faits se sont déroulés après les attaques à la famille Luchsinger-Mackay. Les policiers ont perquisitionné son domicile cherchant des armes ou des coupables. Au moyen d’un violent déploiement de force, elle fut détenue sans que ne lui soit expliqué les motifs de sa détention. Le jour suivant, après avoir passé la nuit incarcérée, elle a été informée que la police avait trouvé une arme comme par enchantement.

« Quand ils m’ont embarqué, ils m’ont seulement dit de les accompagner. Cinq policiers m’ont pris de force. Ce jour-là, je sais qu’ils ont pris un couteau qui était au bord de la fenêtre, celui qu’on avait utilisé pour ouvrir un sac de farine. Le lendemain, ils ont parlé de l’arme ».

La Machi Linconao fut acquittée des charges dont elle était accusée et elle s’est déterminée à porter plainte contre l’état. Le jugement pour préjudice moral lui a été favorable et elle a été dédommagée de 30 millions de pesos.

Les faits relatifs à l’affaire Luchsinger-Mackay ont généré aujourd’hui, étrangement, une chasse ouverte.

Le journal Werken.cl a publié : « Durant la matinée du mercredi, l’ ERTA (l’équipe d’intervention tactique) de la PDI de la région métropolitaine, aidé par des effectifs de l’Araucanie à charge du procureur Paredes, a réalisé une gigantesque perquisition dans les communautés de Vilcun, Tres Cerro et Rahue. Ils détiennent 11 Mapuche dont la Machi Francisca Linconao. Le gouvernement Chilien a informé qu’il présentait une accusation pour l’incendie criminel et le décès des grands propriétaires terrien anti-mapuche Luchsinger-Mackay. » Le journal ajoutait : « Nous sommes devant un nouveau montage policier orchestré par les colons et leurs appuis politiques et mafieux qui ont toujours cherché à tuer et emprisonner les mapuche qui luttent pour leur droit et leurs terres ancestrales ».

Il est important de remarquer que les conflits relatifs aux actes de propriétés au sein de la famille Luchsinger et Mackay, alors qu’il y a des preuves évidentes de coups et blessures, n’ont fait l’objet d’aucune enquête.

Anuncios

Los comentarios están cerrados.